Même en prison, Khalifa Sall aiguise des appétits. Depuis quelques jours, le candidat recalé est l’objet de convoitise de la part des candidats autorisés à faire face à Macky Sall à l’occasion de la présidentielle de février 2019. Rien qu’en un après-midi, l’ancien maire de Dakar a reçu Idrissa Seck, Ousmane Sonko et Me Madické Niang. Sous leurs airs humanistes, ces visites qui interviennent à quelques jours de l’ouverture de la campagne électorale sentent à plein nez l’invite à une alliance.
Au sortir de son tête-à-tête avec Khalifa Sall, le candidat d’Idy2019 n’a caché pas ses ambitions. Devant les caméras, Idrissa Seck a laissé entendre qu’il viendrait prendre le détenu dès son accession au pouvoir. Pour l’ancien maire de Thiès, il s’agit sans ambiguïté aucune de charmer l’électorat de Khalifa Sall. Même si ce dernier ne donne pas de consigne de vote en sa faveur, ce message a des chances de faire adhérer à sa cause des Khalifistes.
Me Madické Niang n’y est pas allé par quatre chemins. Sorti de son entrevue avec l’ancien premier magistrat de la ville de Dakar, l’avocat a explicitement assumé être venu solliciter le soutien du prisonnier le plus célèbre du pays. « Il est normal qu’on sollicite son soutien », a-t-il légitimé sa démarche. Avant de promettre de mettre fin au calvaire que vit le ci-devant député une fois élu à la tête du Sénégal. « Je suis venu lui dire que quelque soit le schéma, si Dieu décide que c’est Madické Niang, ma priorité c’est de réparer l’injustice dont il est victime », avoue l’ancien collaborateur de Me Abdoulaye Wade. Comme Idrissa Seck, Madické Niang reviendra à Rebeuss dans cinq jours pour être édifié par son hôte du jour.
Le président du parti Pastef a de son coté laissé les journalistes dans l’expectative puisqu’à sa sortie « d’audience » avec Khalifa Sall, il s’est engouffré dans sa voiture sans piper un seul mot. Peut-être, laisse-t-il la voie à Bougane Guèye Dani qui « travaille pour l’unité des recalés » autour d’une candidature. Évincé de la présidentielle, le leader de « Gueum sa bopp » n’a jamais caché son penchant pour le programme de l’ancien inspecteur des Impôts. À moins qu’il ne travaille pour le candidat du PUR qui ne commettrait pas l’erreur de laisser ses concurrents le devancer auprès de Khalifa Sall.
Accusé d’être son bourreau, Macky Sall ne peut solliciter son soutien. En lieu et place, le président sortant s’emploie à casser l’unité au sein de Manko Taxawu Sénégal. Et force est de reconnaitre qu’il est en train d’y parvenir. Après Moussa Sy qui a déposé ses baluchons dans l’escarcelle de la mouvance présidentielle, d’autres lieutenants de Khalifa Sall sont annoncés dans les prairies marron-beige dans les prochains jours.

Dakaractu

Free WordPress Themes